Actualités

Retrouvez toutes les actualités du groupe T2i

L’informatique cognitive : entre algorithmes & philosophie

Les données sont le carburant des algorithmes : sans elles, impossible d’établir des modèles, de dégager des signaux, de voir des corrélations, de trouver des relations de cause à effet. Si les données pourtant abondantes n’ont pas été suffisamment exploitées jusqu’ici, le contexte a maintenant changé. D’une part, le Big Data a permis une amélioration de la qualité des algorithmes et, d’autre part, la puissance de calcul des ordinateurs – indispensable aux applications de l’informatique dite “cognitive” – a augmenté de manière spectaculaire ces dernières années.

Des cognitivistes à la transformation digitale

Les cognitivistes conçoivent le cerveau humain comme un centre de traitement de l’information et considèrent que nos comportements s’expliquent principalement par la perception et le traitement de l’information qui leur parvient. Les processus mentaux concernés sont la mémoire, le langage, le raisonnement, l’apprentissage, l’intelligence, la prise de décision, la perception ou l’attention.

L’informatique cognitive convoque deux notions : la première se réfère au traitement de l’information par les machines et la seconde, issue de la philosophie, à l’utilisation de la connaissance. Deux univers à priori bien distincts. Le monde des affaires s’est quant à lui emparé des technologies et applications de l’informatique cognitive là où cette dernière a su identifier des actions générant du business.

Transformation de la finance : c’est pour aujourd’hui

Selon le Global Financial Centers Index, Genève et Zurich se situent respectivement à la 15e et 9e position des places financières les plus attractives au monde. Aujourd’hui encore, l’industrie financière contribue à générer quelque 60 milliards de francs de produit intérieur brut annuel (PIB) en Suisse, soit un franc sur dix : un chiffre en léger recul depuis 2014, selon deux études de l’institut BAK Economics.

« L’industrie bancaire est déjà structurellement et économiquement en faillite. La seule solution est une automatisation massive. Elle permet de diminuer la base de coûts, de prendre de meilleures décisions de crédit et de cibler de meilleurs clients. » constate Antony Jenkins, ancien patron de la banque anglaise Barclays.

Les technologies actuelles permettent d’aborder les défis posés par le coût et le temps de traitement des données sous quatre angles :

  • le traitement automatisé des tâches administratives : depuis 2017, PostFinance dispose d’un robot logiciel explorant les comptes des clients concernés par un oubli de paiement de facture de carte de crédit, y compris en-dehors des heures de bureau, permettant un traitement plus efficace des cas d’encaissement ;
  • l’analyse en temps réel des transactions ou le calcul à haute fréquence sont deux applications du high-performance computing (HPC), accélérant la détection des fraudes ou le placement de transactions ;
  • l’analyse du comportement des clients favorise un meilleur ciblage et un service toujours plus personnalisé (p.e. en analysant les choix ou la voix d’un client, on peut orienter les conseils) ;
  • l’identification de nouveaux modèles d’affaires, par l’avènement de plateformes en ligne (marketplace).

Au carrefour des savoirs : DataTrends 2018

En Suisse, les industries mêlant un savoir-faire séculaire aux dernières innovations sont légions. La compréhension des contraintes d’un écosystème, des enjeux perçus par ses acteurs et des technologies pour y répondre constitue un avantage décisif que le Groupe T2i et son partenaire IBM, pionnier de l’informatique cognitive, souhaitent partager avec les sociétés romandes.

Chaque année, les chercheurs d’IBM identifient les tendances technologiques qui représentent le plus grand potentiel de transformation des industries, des entreprises et de la société au cours des trois à cinq années à venir.

Mercredi 14 novembre, la conférence DataTrends 2018 accueillera au centre de conférences Aquatis à Lausanne l’IBM Research Technology Vision présentée par Haig A. Peter, Senior Executive Consultant AI chez IBM Research à Zurich, un ambassadeur averti de l’informatique cognitive.

Informations sur le programme et inscription

 

 

Source: BigData.fr

Dernières actualités

La dématérialisation, levier écologique ou de rentabilité des entreprises ?

Alors qu’il est de bon ton de rouler électrique et de confier ses selles à la sciure pour faire face aux désastres écologiques, nous sommes en droit de nous demander si la digitalisation...

En savoir plus

L’archivage à valeur probante : quelles mesures techniques et organisationnelles ?

Dès l’instant où un document est numérisé se pose la question de sa recevabilité juridique donc de sa valeur probante. Pour l’obtenir, l’entreprise devra mettre en œuvre un certain...

En savoir plus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptées à vos préférences.
En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer